L'agenda

Retour à l'agenda

VOYAGE EN FRANCOPHONIE 2019 ESCALE AU CONGO

Voyage en francophonie


18/03/2019 - 18h30


Centre ville de Troyes


page2image53846080page2image47264336page2image53846656page2image53846848

Pour cette cinquième édition du Voyage en francophonie, qui mieux que l’écrivain-voyageur Alain Borer pouvait nous guider à travers les vents et tempêtes que doit affronter la langue française aujourd’hui ? Pour aller à l’assaut des flibustiers qui la piratent, notre capitaine a fourbi ses plus belles armes dans son dernier livre De quel amour blessée... .L’éclaboussante érudition du texte y exalte la puissance des mots pour tailler dans le vif des maux qui la maltraitent et éviter le désastre d’un possible déclin. Avec de telles munitions, impossible de ne pas retrouver le trésor, le magnifique et inestimable héritage collectif de l’universalité de la langue française.

Mais c’est avant tout un chant d’amour qui souffle dans les voiles de notre vaisseau pour aller à la rencontre de l’écrivain français d’origine congolaise Wilfried N’Sondé. Dans son extraordinaire roman d’aventureUn Océan, deux mers, trois continents nous voici catapultés au XVIIesiècle, embarqués avec le héros dans un voyage au bout de l’horreur. Le souffle épique, la précision et l’élégance des mots qui nous entraînent dans les cales profondes de l’histoire, nous enchaînant au sort atroce des malheureux qui font l’objet de l’affreux commerce triangulaire, nous transportent par ailleurs dans une succession d’aventures incroyables. En plus de nous montrer l’insoutenable de l’esclavage, la cruauté de l’Inquisition, il nous raconte dans des pages remplies de poésie le destin singulier d’un homme qui, malgré toutes les vicissitudes et la noirceur du mal environnant, n’a pas perdu espoir et foi en l’humanité.

De la puissance du verbe pour faire chanter l’espérance.

Cette même générosité d’âme anime le film du réalisateur congolais Dieudonné Hamadi. Derrière les violences faites aux femmes et aux enfants que sa caméra nous donne à voir - une variante de l’exploitation de l’homme par l’homme - se cache le grand cœur de Maman colonellequi se bat contre l’injustice et la haine, symbole de la réconciliation et du besoin de créer du lien entre les hommes.

Et c’est la volonté de lumière(s) que porte La langue française et qui éclaire les trois manifestations-phares du Parcours africain emprunté cette année.

Élisabeth Jonquet Présidente du Festival